De la santé du dirigeant à l’épuisement professionnel.

Le stress est une cause de mauvaise santé du dirigeant. 15,6% sont en épuisement professionnel et présentent un risque de Burn out.

Effectivement, qu’observe-t-on dans le cas du stress ? Il y a eu et il y a encore une sorte de déni ou de tabou. Avouer son stress important, c'est d'une certaine façon avouer qu'on est insuffisant ou incompétent. « Certaines croyances ont la peau dure ». Ce sentiment est d’autant plus ressenti pour les chefs d’entreprise qui sont responsables de l’entreprise.

Accompagner les dirigeants, c’est comprendre que le stress révèle davantage les difficultés d'une situation de travail que la fragilité de la personne. Dire que vous êtes stressé, c'est davantage parler de ce qui ne marche pas dans cette situation de travail, et qui peut être amélioré. C’est donc parler des causes, plutôt qu'expliciter les symptômes.
 

Accompagner le stress comprend donc d’identifier les causes et simultanément traiter les symptômes.

Si l'on part du principe qu'il n'y a pas de "bon stress", l'enjeu pour les dirigeants n'est pas d'apprendre à gérer le stress, mais d'apprendre à réguler les facteurs et identifier les situations qui génèrent du stress. Quand, dans une entreprise, un dirigeant ou un groupe de dirigeants laissent durablement rappeler dix ou quinze objectifs prioritaires, mais parfois contradictoires, ils injectent de fait du stress et de l'inefficacité dans l'organisation.

Leur rôle est bien de travailler sur la cohérence des objectifs et de leur déploiement au plus près des situations de travail.

La perte de la notion de proximité est-elle génératrice de stress ?

S’attaquer aux causes du stress chez le dirigeant est indispensable avant que celui-ci crée une organisation stressante pour ses collaborateurs.

Cependant s’il est parfois impossible d’éviter un excès de stress, il est d’autant plus nécessaire de développer une stratégie pour s’y adapter au mieux, et éviter ainsi les dommages physiques et psychiques.

En effet, le stress est non seulement un facteur de risque associé aux maladies cardiovasculaires et AVC, mais aussi en phase 3 originaire d’un épuisement professionnel qui peut aller jusqu’au Burn out.         

« Je suis tellement stressé » Combien de fois entendons quelqu’un prononcer ces mots ?

Mais qu’est-ce que le stress ? Est-il toujours nocif ? Peut-il vous faire progresser ?

On parle de « bon » et « mauvais stress » Qu’en est-il ?

Le stress fait partie de la vie.

On parle de « stress au travail » lorsqu’une personne perçoit un déséquilibre entre ce qui lui ait demandé et les ressources qu’il dispose pour y répondre (INRS). Cette perception s’accompagne de troubles physiques et psychiques.

Le stress n’est ni bon ni mauvais en soi, c’est la façon et l’énergie que vous allez déployer pour vous adapter à la situation qui vous fera percevoir le coté agréable ou désagréable.

Vos perceptions, pensées et actions peuvent donc faire la différence.

Il existe 3 stades de réaction au stress.

Lors d’un accompagnement individuel, il est nécessaire d’évaluer à quel stade se situe la personne afin d’accompagner la personne à mettre en place une stratégie d’adaptation personnel.

  • Stade 1 : il correspond à la mobilisation de l’énergie à la suite d’un évènement soudain ou prévu. Exemple, prise de parole en public
  • Stade 2 : il correspond à la consommation d’énergie, l’organisme libère des sucres et puise dans les réserves de lipides. Les symptômes sont plus accentués, la fatigue, l’anxiété, la pression se font ressentir.
  • Stade 3 : Le stress devient chronique, l’organisme s’épuise, et est incapable de s’adapter sans fournir beaucoup d’effort. A ce stade, des maladies peuvent se développer telles que AVC, HTA, dépression.

Si le stress s’installe dans la durée, dans tous les cas notre capacité à réagir s’altère, notre organisme s’épuise et apparaissent diverses conséquences pathologiques.

Donc prévenir le stress, agir au plus tôt du processus et mettre en place une stratégie pour le gérer de façon adaptée est un enjeu et un investissement nécessaire pour la santé du dirigeant et pour la survie de son entreprise.

L'accompagnement dans la gestion du stress commence par l'évaluation de vos habitudes et de votre comportement dans votre vie quotidienne. Par exemple :

Vous arrive-t-il souvent d'essayer de tout faire vous-même ?

Vous arrive-t-il de garder toutes vos émotions à l'intérieur ?

Vous arrive-t-il de passer la journée à courir ?

Parfois, il est plus facile de reconnaitre le stress chez les autres que chez soi. La difficulté à gérer le stress est parfois difficile à admettre lorsqu'il est devenu familier. Pourtant ne pas prendre conscience de cet état peut affecter négativement votre santé physique et psychique parfois de façon dramatique.